Palais El-Badi à Marrakech

Une gazelle à Marrakech

C’est parti, je m’évade…
Échapper du quotidien pour essayer de se reconstruire.
C’est munie de mon passeport et de mon billet d’avion que je m’envole vers Marrakech… SEULE !

Je vous entends déjà derrière vos écrans…
«Mais elle est folle », « inconsciente », « Partir seule pourquoi pas, mais au Maroc ? », « Toi, tu cherches vraiment les emmerdes », … Ce sont ces phrases que j’ai entendu, quand j’ai fait part à mon entourage que j’allais me ressourcer à Marrakech, seule.

Alors que vous fassiez parti des gens qui me trouvent « courageuse » ou de ceux qui me trouvent « inconsciente », je vais vous partager mon ressenti sur cette semaine à Marrakech.
Je tiens à préciser que tout ce que je vous partage ici, ne reflète que mon expérience personnelle et je me doute qu’il y a autant d’expériences qu’il y a de voyageurs.

Le logement 

Terrasse de l'hotel Chem

Pour tout un tas de raisons, j’ai décidé de loger dans un hôtel avec certaines petites commodités (piscine, restaurant, réception 24/24,…)
Découvrez le Chems Hotel

Mon appréciation globale : 3/5

Situation géographique : 3/5
Au top pour découvrir Marrakech, j’ai tout fait à pieds. Par contre c’est de l’autre côté de la Koutoubia et il y a tout le parc à traverser, ce qui ne me rassurait pas le soir et m’a sans doute un peu démotivé à bouger en soirée.
Propreté / installations : 5/5
Rien à dire, il y avait ce qu’il fallait. Les chambres étaient nettoyées tous les jours. Pour ma part je n’avais pas besoin de plus.
Repas : 2/5
J’y ai mangé un soir, le premier, car je n’avais pas envie de me lancer à l’aventure dans le noir sans avoir encore pris de repères. Ce n’est pas mauvais, mais pas vraiment raffiné non plus. Le petit déjeuner était assez classique.
Budget: 4/5
Séjour du 18 au 25 février 2017 – prix 273€.

L’arrivée à Marrakech

Aéroport international de Marrakech

Une fois le passage à la douane derrière moi, je sens l’excitation de débarquer pour la première fois dans une ville totalement inconnue, sur un autre continent, avec un autre culture pour y passer une semaine.

Le « choc culturel » ne se fait d’ailleurs pas attendre… une fois les portes de l’aéroport franchies, j’ai l’impression d’être une star de la télé-réalité. Devant moi, derrière une ligne de « sécurité », une centaine d’hommes qui attendent avec impatience les touristes. Il y ceux qui savent exactement qui ils attendent en brandissant fièrement le nom de « Mr et Mme Verhaegen » et les taxis qui essayent de récupérer le plus rapidement possible des touristes pressés qui souhaitent rejoindre le centre ville. D’ailleurs, le centre ville qui ne se trouve vraiment pas loin de l’aéroport, c’est ce qui m’a motivé à vouloir prendre les transports en commun.

Après avoir esquivé, la horde de taximans et ignoré la plupart des « Ma gazelle, viens, pas cher », je me dirige vers l’arrêt de bus. Pas de bol… le bus a été annulé. Quand on me l’annonce, j’avoue d’abord penser à une arnaque pour forcer les gens à prendre le taxi. Cependant après quelques petites vérifications il s’est avéré que le bus a effectivement été supprimé. La raison ne me sera jamais communiquée.

Quoi qu’il en soit, je me rabat sur le taxi pour me rendre à mon hôtel.

De mémoire, le trajet n’a pas duré plus de 20 minutes.
En guide de chauffeur, un « petit vieux » qui avec ses rides d’expressions autour des yeux m’avait tout de suite l’air sympathique. Comme de nombreuses personnes avec qui j’ai parlé durant mon séjour, il a été assez curieux sur le fait que je voyage « sans gazou » et me confirme qu’ici je trouverai le « mari berbère parfait ». Le ton était donné, tout le monde voulait m’épouser…

La sécurité à Marrakech
(en tant que gazelle non accompagnée)

On  ne va pas tourner autour du pot, on m’a énormément embêté.
J’ai eu de la gazelle en veux tu en voilà. J’ai arrêté de compter le nombre de fois où on m’a demandé si je souhaitais « un mari berbère ». Mais malgré tout, j’ai réellement apprécié.

Alors ceci étant dit, voici 3 anecdotes que je souhaite partager avec vous, pour vous donner un aperçu de comment j’ai vécu cette semaine.

Sur la route…

Dans les rues de Marrakech

Je pars à pied de mon hôtel en direction des Jardins de Majorelle, il ne fait pas très beau et je ne croise pas grand monde, mais je décide quand même de flâner et de ne pas forcément prendre le chemin le plus direct pour me laisser la possibilité de découvrir des petites pépites en routes… « L’aventure est au coin de la rue » !
Voilà que je tourne à droite, pour couper à la monotonie de la rue principale, une mobylette vient de passer devant moi et le gazou m’a sourit. D’un naturel souriant, je suppose que je lui ai rendu et qu’il a du y interpréter une opportunité. Il a donc fait demi tour pour venir rouler à mon rythme de marche à côté de moi… « Ma gazelle, tu es perdu ? » « Bonjour, non pas du tout, merci de vous en inquiéter » « Tu veux faire la connaissance ? Je te trouve très jolie. »
Et là, comme d’habitude, on a l’impression que « Non » ne se dit pas « non » chez eux… et j’ai donc mis bien 5 bonnes minutes à m’en débarrasser et je vous avoue que je me sentais mieux une fois que j’avais un petit groupe de touristes en visu au bout de la rue.
Il n’a d’ailleurs plus insisté quand il a remarqué que je pressais le pas en direction de ce groupe.

Dans les bars / restaurants…

Corne de gazelle et thé à la menthe

Se faire inviter par les serveurs…. Assez particulier.
Si il y en avait eu un, j’aurais pu me dire que je suis mignonne et que je plais, mais la malheureusement je pense que j’étais une énième tentative vaine.
La technique de « drague » était la même à chaque fois que cela m’est arrivé.
Je m’installe en général en terrasse, histoire de profiter de l’ambiance et de m’imprégner de l’atmosphère. J’adore observer la vie qui se joue devant mes yeux.
Après avoir commandé, quand je sors mon bouquin, le serveur se pose non loin et feint d’attendre les clients, qui ne se font pas encore très nombreux en cette période. C’est là, où la conversation s’enclenche, rien d’anormale….
« C’est la première fois à Marrakech ? » « Le gazou il est pas là ? » « Moi je fais ça pour payer l’université » « Tu es très charmante » « Demain je ne travaille pas tard, je t’invite chez moi pour manger le repas traditionnel »…
Je ne sais pas ce que j’aurais risqué ou peut-être gagné à y aller, mais j’ai malgré l’insistance refusé toutes ces invitations.

Dans les souks de la Medina…

Insouciance après trop de méfiance ? Peut-être.
Dans tous les cas, je décide de me promener dans les souks de la ville. Je ne comptais plus les « Non, merci » que je donnais poliment et incessamment en réponse aux commerçants et aux hommes un peut trop intéressés à mon goût. Et puis je ne sais pas pourquoi, je me suis dit qu’à force d’être aussi « fermée » je passais peut-être à côté du vrai Marrakech.
Au coin d’une rue des souks, je croise deux jeunes hommes qui me saluent, il y en a un qui me demande ce que je cherche et je lui réponds tout simplement que je me promène. Il me dit que son cousin à un magasin de tissu un peu plus loin, qu’il est beau et qu’il voulait me le montrer. Ma première pensée « Non » la seconde « Trouillarde », je décide donc de suivre mon guide des souks.

Marrakech, les souks

Il me parle un peu du magasin, de la répartition du souk, des marchands et puis me demande comment je m’appelle. Jennifer était compliqué pour lui il a donc décidé de m’appelé Fatima… et c’est à ce même moment où je me suis demandée si je faisais bien de le suivre. Quoi qu’il en soit, il marchait rapidement, gauche, droite, encore à droite et de nouveau à gauche, j’avais totalement perdu le sens de l’orientation, je ne savais plus où j’étais et je dois avouer que quand j’ai regardé autour de moi, le fait de ne plus voir de touristes m’a un peu inquiété. On arrive au magasin de son cousin, il m’invite à regarder les châles et les écharpes exposés dans l’échoppe, bien-sûre en cas d’achat, j’ai le droit à un prix d’ami. Je fais mine de m’intéresser et d’avoir l’air détendue, puis il me dit qu’en haut il y a une belle vue sur les souks, je le suis et en effet, c’est beau ! J’en profite pour photographier la vue, on ne doit pas être nombreux à avoir eu la chance de voir les souks de ce point de vue. C’est après la photo que mon sang ne fait qu’un tour, que toutes mes sonnettes d’alarmes se mettent en route, quand mon guide commence à vouloir me prendre par le bras pour me tirer vers lui.
Autant vous dire que la politesse n’avait plus lieu d’être et que j’ai pris mes jambes à mon coup en espérant juste trouver rapidement une sortie et des touristes.
Aussi bête que cela puisse paraître, je me sentais toujours plus en « sécurité » quand je voyais d’autres voyageurs dans le coin.
Il ne s’est rien passé et peut-être qu’il ne se serait rien passé, mais à mon sens j’ai été trop insouciante et ce n’est pas le comportement à avoir quand on voyage seule que ce soit à Marrakech ou n’importe où dans le monde.

Conclusion

Mosquée de la Koutoubia à Marrakech

J’avoue que malgré ce que je vous ai raconté plus haut, j’ai réellement apprécié la ville et son ambiance. Bien que c’est fatigant de dire « non, merci », « je passerai plus tard », « non », « non », « non » et encore « non » toute la journée . Mais entre les « non » à répétition, j’ai aussi rigolé notamment grâce à cette phrase :

« Ma gazelle, ma gazelle, stop c’est une urgence !
Tu sais ma gazelle, tu es belle comme le fromage bleu… et moi… j’adore le fromage bleu » – un Marrakchi –

Mon conseil: si vous avez envie de visiter la ville alors n’hésitez pas et si vous ne vous sentez pas capable d’affronter « tout ça » seule, essayez de trouver quelqu’un pour vous accompagner !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.